[page 4/7]


Une fois, à l'école, sur la porte des chiottes, quelqu'un a écrit : « Bernard aime les grosses ». Je m'appelle Bernard. Je me dis : à tous les coups c'est Lionel qui a écrit ça. Je reconnais son écriture et il n'y a pas de fautes d'orthographe. Alors moi, avec un feutre, je rajoute : « Oui mais pas les chaises. » Après, Lionel, il était un peu bizarre. Je sentais qu'il voulait me parler de quelque chose mais qu'il n'osait pas. Moi je dis rien, j'attends en rigolant à l'intérieur car plus le temps passe, plus Lionel est mal à l'aise et meurt de curiosité. Un jour, il vient vers moi comme de si rien n'était, mais on voit bien qu'il est pas net.

Photo d'ouverture

-- Dis, Bernard, je voudrais te parler d'un truc.

-- Quel truc ?

-- C'est à propos de l'inscription dans les chiottes.

-- Quelles chiottes ?

-- Au fond, à gauche.

-- Quelle inscription ?

-- Eh bien, celle qui dit : « Bernard aime les grosses ».

-- Et alors ?

-- C'est moi qui l'ai écrite.

-- Ça je sais.

-- Comment tu le sais ?

-- C'est ton écriture, et puis tu es le seul à le savoir. Que j'aime les grosses.

-- Excuse-moi, je sais pas ce qui m'a pris.

-- C'est vrai, qu'est-ce qui t'a pris ?

-- Je sais pas, je te dis.

-- De toute façon c'est pas grave. Au moins comme ça elles sont prévenues. Les grosses. Finalement tu me rends service. D'ailleurs j'ai remarqué que la grosse Aline me fait les yeux doux, depuis quelques temps. C'est peut-être grâce à toi.

 

Suite >>>